AccueilNature et biodiversitéPlan de gestion de l'Espace Nature des Iles et Lônes du Rhône

Plan de gestion

Le plan de gestion de l'Espace Nature des Iles et Lônes du Rhône

                                                           Les principes directeurs
L’esprit qui guide les interventions
Les fondateurs du projet de réhabilitation ont fixé 2 objectifs :

  •  retrouver un Rhône vif et courant
  •  renouer les liens entre l’homme et le fleuve

Fôret alluviale inondéeLa politique mise en œuvre par le SMIRIL s’inscrit dans l’esprit porté par les initiateurs du projet et repose sur une idée forte : préserver et mettre en valeur un espace naturel fluvial qui doit rester un espace de nature « sauvage » à la porte Sud de l’agglomération lyonnaise, sans transformation en parc de type urbain ou de loisirs.

Le statut affecté à ce site est celui d’un espace de nature sauvage, de proximité destiné à un public familial, aménagé pour la découverte avec développement d’activités pédagogiques prioritairement pour un public scolaire.


Pourquoi un plan de gestion ?
Le plan de gestion est l’outil qui permet de traduire en interventions les orientations fixées pour la réhabilitation des Iles et Lônes du Rhône.
Le plan de gestion de l'espace permet de répondre aux questions élémentaires :  

Pourquoi intervenir ? Où ? Comment ? Avec qui ?

La préservation d’un espace de nature sauvage impose le respect de la biodiversité du site et la recherche de son amélioration dans un but patrimonial.
La connaissance de l’histoire du site impose la mise en valeur ou la réhabilitation des témoins de l’histoire du fleuve et des activités humaines.
Le statut de site de découverte prioritairement pour les écoles impose de concevoir les interventions avec un souci permanent de faciliter la connaissance et la pédagogie.

Mare

Une nécessaire progressivité
La diversité des situations et contraintes conduit à identifier 2 grands secteurs et un sous secteur:

  • un secteur  maîtrisé (Domaine Public Fluvial, propriétés communales) essentiellement au sud du pont de Vernaison et à l’Ouest du Rhône naturel (île Jaricot, rive droite du Rhône de Vernaison à Grigny, Ile de la Table Ronde),
  •  un secteur très contraint par les risques technologiques liés aux industries de la vallée de la chimie, et des activités économiques au Nord du pont de Vernaison et à l’Est du Rhône naturel (Ile de la Chèvre),
  •  un sous-secteur de propriétés privés à l’intérieur du deuxième secteur, essentiellement au Nord du pont de Vernaison (île de la Chèvre) et à l’Ouest du Rhône (îles Bouilloud et Tabard)

Une mise en forme qui facilite l’appropriation
Le plan de gestion comporte 4 modules complémentaires :

  • le présent document qui rappelle l’esprit du projet et fixe les principes qui, guident les interventions,
  •  le plan de gestion technique qui constitue le corps du plan de gestion et notamment détaille les caractéristiques du site, fixe les principes, synthétise les actions et les premiers résultats de gestion et de suivis scientifiques,
  •  les cartes de communication (découpage du site en secteurs, accueil du public, gestion des risques évacuation et périmètre du plan d’intervention, occupation du sol et enjeux de gestion) qui permettent de visualiser les secteurs et enjeux,
  •  les fiches opérationnelles qui facilitent la compréhension et l’appropriation des enjeux et interventions, par tous les acteurs concernés. Ces fiches constituent également des supports susceptibles d’être utilisés à des fins pédagogiques. 
Mare de la petite prairie

La mesure des évolutions par rapport aux objectifs fixés
Un suivi scientifique de l’évolution de la biodiversité est mis en place afin de vérifier que les aménagements, la gestion et les activités développées respectent les objectifs de préservation d’un espace de nature sauvage.
Ce suivi scientifique fait parti intégrante du plan de gestion.

L’intégration des activités de gestion comme support pédagogique
Les travaux de réhabilitation du patrimoine bâti ou non bâti, d’extension de la base découverte, de gestion des espaces …, sont souvent conçus avec un souci d’utilisation à des fins pédagogiques.

Les différents types de milieux et les principes qui guident les interventions
Outre le suivi et la préservation des espèces remarquables, des grands principes directeurs peuvent être définis par type de milieux rencontrés sur le territoire des îles et lônes du Rhône :

  •  espèces remarquables : favoriser leur maintien et leur développement,
  •  zone de grands écoulements : favoriser l’écoulement des crues, veiller à la pérennité des anciennes digues, adapter les dates d’interventions, favoriser le développement des jeunes pousses de saules notamment…
  •  berges et zones basses : favoriser le développement des espèces caractéristiques de cette zone de contact forte avec l’eau, conserver des espaces ouverts et des percées visuelles pour améliorer la diversité des milieux et du paysage, assurer l’intégration de l’activité pêche pour les secteurs les plus fréquentés…,
  •  boisements : les boisements sont  laissés en libre évolution, dans lesquels les cycles de régénération naturelle de la forêt s’expriment sans intervention autre que la gestion de la sécurité aux abords des équipements (voies SNCF, …), des espaces d’accueil du public (chemins balisés, espaces pédagogiques..) …,
  •  espaces ouverts : les espaces les plus antropisés, ou/et les plus dégradés sont gérés en partie en espaces ouverts existants, par fauchage. Ceux qui sont destinés à la reforestation, le sont par recolonisation naturelle. Toutefois, un contrôle des espèces invasives est réalisé,
  •  milieux humides : réhabiliter et assurer la pérennité ou la création de milieux humides (mares permanentes ou temporaires, anciennes lônes et points bas…).